No -49- Mami Auguy -ma cousine Augustine Psimhis- nous a quitté. VD

Publié par Georges Mouillac

     Ce 27 juillet 2013 elle s'en est allée au delà des étoiles.

     Elle était mariée à  Jean-Louis PSIMHIS,  Ministre et Ambassadeur de la RCA 

     Cette page est entièrement dédiée à sa mémoire.

                27 00019 2    

 

 

 

 

 

 

   Auguy et Georges, chez Ya Thérèse

***

   Femme au caractère extrêmement affirmé, Augustine Psimhis

    m'invite à poser un regard rétropectif sur ces "femelles" de fauves africains

    qui ont su dompter le destin pourtant défavorable à la gente féminine,

    pendant et après la colonisation.

     A l'instar de Ruth Rolland, pour qui je garde un sentiment tendre et reconnaissant,

     elle a su conduire sa pirogue pendant des décénnies, sur les eaux parfois tumultueuses

     de l'Oubangui... De la vie!    

     Mariée à un enseignant métis, centrafricano-grec, devenu Ministre et Ambassadeur de la RCA,

     elle m'avoua sans détour, comme pour affirmer son indépendance:

     « Georges, je suis de Ngaragba... J'ai toujours  acheté  mon poisson! » 

    Chapeau, cousine!

***

   "Tu as eu beaucoup de chance, que ton papa soit venu te chercher"

     me disait elle parfois...

     Ce à quoi je répondais:

   "Tout est relatif... Qu'en serait il advenu de maman Pauline,

     s'il était resté auprès d'elle?...   

      Il lui aurait sans doute fait une tripotée d'enfants à mon image,

     à l'instar des tiens  et de Jean Louis...

     Et peut être aurait elle continué à vendre son bois de cuisine,

    ou le poisson de grand père Kadamé... Pour notre bonheur à tous.

    Qu'en serait il advenu de moi?... Nous ne pouvons ré-écrire l'histoire!

    Je ne peux que verser dinutiles larmes, 

   sur un imaginaire qui ne s'est pas fait! 

nouveau-dossier-0624_2.JPG

     Auguy chez elle à "200 Villas", au baptême de ses petits enfants

  *******************************    Bangui  2007

    Me rendant avec mon épouse au Centre Artisanal, d'un pas nonchalant

    à l'ombre des grands maguiers, et ne prêtant plus qu'une attention distraite aux

    "bonjour cousin" qui jalonnent quotidiennement notre route,

    j'entends dans mon dos, presque murmuré: Bongooo... Bongoééé...

     Instantanément, je prends Marie-Noëlle à témoin:  

    "ça , à n'en pas douter, c'est un vrai parent"

      ce sobriquet oublié, dont j'avais été affublé dans mon enfance, seule maman Pauline me l'avait rappelé,

      lors de  l'unique visite que je lui fis en 1976... Me disant avec un sourire complice: 

     "enfant, tu avais toujours faim" 

      Je m'étais toute fois gardé de lui demander quel rapport y avait il entre  "Bongo"

     et l'enfant braillard et affamé  que j'étais. 

    Je me retourne, et je vois avancer sur nos pas, une femme sensiblement de mon âge,

    et vêtue d'un pagne des plus ordinaire... 

   Habitués que nous l'étions à être accostés par bon nombre de gens se réclamant

    pour la plupart de ma famille,

     je reste un poil distant, mais néanmoins poli. 

    "Bonjour madame, il y a bien longtemps que je n'avais été interpelé par ce sobriquet"

    Elle sourit à mon étonnement et à ma retenue, puis me tend la main pour me saluer:

    "Je suis ta cousine Augustine de Ngaragba"

    Allons bon, me dis je...  Encore une de ces nombreuse cousines "à la mode de Bretagne!" 

    Mais celle ci me semble sympa, et... apparemment, elle n'a pas l'intention de me "taxer",

    comme pratiquement  la plupart de mes "parents hypothétiques..." 

    Je me détends... Peut être est elle après tout un vrai parent

    avec qui je pourrais parler de maman...

    Où allez vous, me dit elle?...   Au Centre Artisanal où j'ai repéré quelques statuettes ...

    Hé bien, je vous y conduits, ma voiture est garée un peu plus haut, ensuite,

    je vous invite à prendre un rafraichissement à la maison.

    Ma cousine Augustine nous ayant repéré,  avait garé son RAV 4 un peu plus haut,

    était revenue à pied derrière nous... 

    et s'était sans doute amusée depuis quelques minutes,

    à voir son cousin "Bongo", se faire rouler... ou s'en tirer à bon compte,

    sur le prix des mangues, à l'étalage à même le sol, des petits vendeurs des rues.

    Nous passerons une petite heure en sa compagnie au marché artisanal,

    puis à boire une biere fraîche, sur la terrasse de sa maison à  "200 Villas"

   Avec force détails, elle me confirmera sa parenté avec maman Pauline.

     ***

   Nous serons ensuite reçus par sa fille Mauricette, Magistrate de son état,

    en sa coquette demeure à "100 Villas"

    Délaissant notre maison de location à Ouango, afin de prolonger cette rencontre familiale,  

     nous y dormirons la dernière nuit, veille de notre retour en France.

 ***      

    Bangui  2008

    Nous avons été informés de la mise en vente à notre intention,

    d'un terrain à Gbangouma-Mala.

     Depuis Périgueux , je téléphone à ma cousine Augustine Psimhis, sollicitant un logement

     pour nous et un ami périgourdin qui souhaitait nous accompagner.

    Mauricette est à Douala me dit elle, mais il n'y a pas de problème,

    vous serez logés en ma compagnie chez elle.

image846.jpg

     Pour une réception, ce fut une réception!

     Nous serons traités comme des coqs-en-pâte... 

     Chaque matin, Agustine me demandera:  Que veux tu manger aujourd'hui Georges?

    et moi de composer mon menu:  

     Kpètè, capitaine, brochettes de viande grillées au feu de bois, avocats, goundja, ignames frites...

     Oh et puis zut... Fais moi ce que tu veux...  

    ça me fait tellement plaisir de "manger pays!"

   Fruits de saison à tous les repas... mangues, papayes, ananas, bananes...       Nous sommes reçus comme des rois... dira notre ami périgourdin Jeanot Brout.   Fruits de saison à tous les repas... mangues, papayes, ananas, bananes...       Nous sommes reçus comme des rois... dira notre ami périgourdin Jeanot Brout.

  Fruits de saison à tous les repas... mangues, papayes, ananas, bananes...      Nous sommes reçus comme des rois... dira notre ami périgourdin Jeanot Brout.

IMG0018.JPG

      Dès le lendemain de notre arrivée,  Augustine nous conduit à Gbangouma-Mala,

     à la découverte du terrain devant servir à l'implantation du Centre Pauline. 

     Puis, l'affaire étant conclue, elle nous invitera à visiter une de ses propriétés à Bimbo.

***

  IMG0016.JPG 

                                                    IMG0011.JPG

     

 

 

 

 

 

 

    Un petit crochet désaltérant, dans une charmante auberge des rives du Mpoko...

  IMG0098.JPG 

                                                        P1010578.JPG

   

 

 

 

 

 

    suivi d'une visite surprise aux candidates de Miss Centrafrique 2008,

    hébergées en séminaire de préparation dans  sa très belle propriété de Bimbo.

***   

P1010520.JPG

 

P1010668.JPG

 

De retour, afin de préparer les enfants de la maison, Jéssie et Chimène, à un éventuel concours à venir de Miss Centrafrique,               je leur distille un cours de danse.  

     

 

IMG0027

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                      Sa fille Ghislaine viendra visiter le chantier de Pauline

***

    Nous retrouverons la grande famille Psimhis de Bangui,

     au cours de toutes nos missions suivantes,

     de visites en réunions familiales ou fêtes chrétennes,

     jusqu'en 2011, année qui la contraindra à rentrer en son domicile de Levallois-Perret en France,

    pour y être soignée de la longue maladie qui l'emportera.

***

IMG0039.JPG

IMG0041.JPG

 

 

 

 

 

 

 Ici, communion chez le cousin Aimée Bangha.

IMG0086

IMG0079.JPG

 

 

 

 

 

 

  Nous serons reçus à Ngaragba, chez Patrick Dejean...   

  (précisément à l'endroit où se dressait dans mon enfance, la case de mon grand père Kadamé)

Je demande à ma cousine si elle me connait un contemporain encore vivant de maman Pauline...

   Elle me conduit chez Ya Thérèse, amie intime de maman.

    _27_00019-copie-1.jpg

     Elle fut mariée à un corse... et me raconte lhistoire, agrémentée danecdotes croustillantes, 

     de ces femmes noires qui vivaient en amour avec des « mundjus »                                                                    

***

   Femme de caractère, Ya Thérèse, qui ne s'en était jamais laissée conter,

     affichait une tendresse émue, à l'évocation de son amie d'enfance, Pauline Yanvézo.

     Corroborant les commentaires recueillis à Ngaragba...

     « Elle était douce, jolie... et extrêmement discrète » 

     Mais ça, je le savais déjà de mes souvenir d'enfance, confirmés en 1976  

     quand elle n'eut à l'attention de mon père que ces seuls mots:  

   « Tu es grand, tu es beau, tu as été bien nourri...

   Tu diras merci à Jacques d'avoir bien pris soin de notre enfant » 

     Tante Thérèse rouvrit ma blessure qui saigna... 

     À tel point que je m'éclipsais dans les toilettes pour pleurer tout mon saoul.

***

    Les-appentis-2 0510 

                                                            Les-appentis-2-0511-copie-1.JPG

     Jour de baptême pour Jean-Philippe et Ashley en compagnie du parrain Serges

 Les-appentis-2-0579.JPG   

     La cathédrale de Bangui était comme toujours bondée, en ce dimanche consacré aux baptêmes

    Les-appentis-2-0506.JPG

     De nombreuses mamans ou maraines et petits baptisés en somptueuses tenues

                                               Les-appentis-2 0597 

     La jeune et jolie compagne d'Eric

   

     Chez Augustine, à 200 Villa... Un buffet très copieusement garni!...    

     Mais comme à l'habitude, absorbé par mon reportage photo, je serai hélas de la revue pour de nombreux plats...

 

 

 

***    

Les-appentis-2-0616.JPG

 

 

No -49- Mami Auguy -ma cousine Augustine Psimhis- nous a quitté. VD
No -49- Mami Auguy -ma cousine Augustine Psimhis- nous a quitté. VDNo -49- Mami Auguy -ma cousine Augustine Psimhis- nous a quitté. VD
No -49- Mami Auguy -ma cousine Augustine Psimhis- nous a quitté. VDNo -49- Mami Auguy -ma cousine Augustine Psimhis- nous a quitté. VD

Tout le monde a visiblement bien arrosé ce double baptême... 

Eric, Mauricette, Serges, Yvon, Patrick, Thérèse Dejean... (maman de Patrick) 

Georges et Marie-Noëlle... Ainsi que tous les nombreux parents invités. 

***

Les-appentis-2-0626.JPG

Augustine consacre beaucoup de temps au clan des ancêtres. 

                          ***

Enfants, ma -t- elle rappelé, nous venions quotidiennement jouer sur ce banc de sable,

où mon grand père tirait ses filets

Les-appentis-2-0688---copie-copie-1.JPG

Il n’est point de véritables adieux... 

Tout n’est qu’au revoir...

             

    Alors, quand tu croiseras maman Pauline, 

                             dis lui combien elle m’a manqué! 

                               

No -49- Mami Auguy -ma cousine Augustine Psimhis- nous a quitté. VD
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :