No -03- Retours aux sources africaines (VD)

Publié par Georges Mouillac

 

  Un petit rappel historique de 2002  à  2005     

   Années pendant lesquelles nous avons multiplié des voyages de découvertes en

     RETOURS AUX SOURCES...  

     prémices à la création de Pauline Femme Centrafricaine

     Accueillis par Yves Rolland, son adorable compagne Kiki (Christelle Degras)       

     

     

     et la joyeuse clique des demoiselles Degras, toutes plus jolies les unes que les autres 

       sc000463a6.jpg

                                                             

    

     Nous découvrons le *Bangui by nigth*... dans une nuit d'encre, sous la conduite 

    de  Julienne et  d'Alain Rolland, qui est venu avec nous de Paris. 

       sc00027fc6.jpg

     Soirée restaurant, accompagnée de bout en bout par le groupe musical  *Malinga*

     lequel nous concocte cette chanson de bienvenue:

     *Hééé... Marie-Noëlle et Georges, bienvenue à Bangui le pays de vos ancêtres... 

     Vous êtes chez vous!*

     sc00024a95.jpg   

                                                                  sc00024a9501.jpg

    Pauline Femme Centrafricaine n'est pas encore créée, 

     et ce premier voyage nous emmène à la découverte de 

    la famille africaine de Ngaragba

       vlcsnap-2009-09-20-21h19m50s184.png

     "Maman Pauline est à Kinshasa"  me dira -t- on... 

   Très déçus, on le serait à moins, nous décidons de restaurer à nos frais sa maison:

    une ruine envahie d'arbustes, d'herbes hautes et squatée par un indésirable 

    et inquiétant reptilien

     dont mon beau-frère Pierre, nous débarrasse d'un coup de machette.

       BANGUY-3.jpg  

                                                              OSCAR.jpg

   Mes parents très curieusement se font un peu tirer l'oreille pour le nettoyage du site,

   arguant qu'une telle tâche incombe à des "spécialistes"

   Je leur rétorque qu'en France, ni Marie-Noëlle ni moi, 

   ne faisons appel à  des  "spécialistes" 

   pour l'entretien quotidien de notre maison, ni pour nos petits travaux de bricolage.

   Rires collectifs... La bonne humeur l'emporte finalement.

     ****************************

     Une chose encore désarçonne passablement les français que nous sommes,

     et plus particulièrement l'enfant du pays dont je me réclame .

    Force m'est de constater qu'à l'instar de ma blonde épouse, 

     je suis aussi affublé du qualificatif de "mundju"

     (on m'affirme que cela n'a rien de péjoratif... mon papa étant blanc...  "mundju!"

     ****************************

     Nous faisons la connaissance d' Oscar, maçon, travailleur infatigable...

     Jeune homme sec et tout en muscle... Je le baptise  "Petit Caterpilar"

     ******************************

     Avec une pointe d'humour, les femmes du quartier ne manquent pas 

     d'interpeler mes parents en ces termes:

    "Hééé... votre frère là, le kota zo, comment ce fait il qu'il n'ait 

     qu'une seule femme depuis si longtemps... 

     et qui de plus est mundju?   sous entendu, il doit être extrêmement radin!

     On m'en fait la traduction dans un grand éclat de rires...

     Et moi de taquiner Marie-Noëlle, qui n'apprecie que très modérément... 

     "Je vais y réfléchir..."  

      dis-je , en me remémorant quelques images  de notre long vécu en commun.

Discour-del-Ambassadeur.jpeg

                                                                                      Tenue-de-Soiree-Bon-Encontre-copie-1.jpg

     De fantaisies de célibataire très vite abandonnées, 

     à la promesse échangée de s'aimer pour très longtemps

En-maillot-a-Bon-Encontre_2.jpg

     Monsieur le maire et monsieur le curé ont validé notre consentement

sc00063f26 4 2-copie-2

    1969 à Bon-Encontre (lot & Garonne)

                                                                           SDC13257 2

                                                                   2010 à Oléron (Charente Maritime)

     Laps de temps d'une vie commune qui nous a donné nos quatre enfants... 

     2 garçons: Mathias & Romain  ****  2  filles : Agathe-Marianne Jeanne-Elise    

     Bon, je vais encore m'accorder quelques années pour y réfléchir... ouaf, ouaf... 

     ******************************

 

     Une réponse peut-être approximative à cette boutade

     me viendra au cours de nos séjours répétés...      

     Un homme apparemment aisé, comme il semble que je le sois, vu d'ici...  

     se doit  culturellement de faire vivre une "très grande  famille"

     peuplée de très nombreux enfants! 

     Un de nos amis appartenant à cette classe dite aisée, me confiait en catimini...

     * Ah si tu savais Georges, le poids de la famille... elle nous plombe! 

     Crois moi, il est quasi impossible de s'enrichir durablement... 

     Je suis constamment sollicité...  LA FAUTE A NOTRE PAUVRETE ! *

     Alors, nous décidons de donner modestement une petite fête...  

     en l'honneur de la famille

    BANGUY.jpg  

                                                                      vlcsnap-2009-09-20-21h38m20s16.jpg      

     Danses traditionnelles par les petites filles de Ngaragba  

BANGUY-2-copie-1.jpg

     Les réparations murales terminées,  (70 m2, 4 chambres, 1 séjour) 

     nous rentrons en France

     en faisant la promesse d'envoi du financement des bois de la charpente et des tôles.

     Promesse tenue à peine 2 semaines plus tard... 

     (avec la contribution spontanée de ma petite soeur Christiane d'Avezac)

     ******************************************* 2003

     De retour à Bangui l'année suivante, nous sollicitons et obtenons un entretien 

     avec  Monsieur Léon Salam, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, 

     Monsieur Lala Bevarrah, ministre de l'Education Nationale

     Nous leur exprimons notre désir d'oeuvrer au profit des femmes, 

     en collaboration avec la Mairie de Périgueux. 

     Monsieur  Jean Paul Daudou, suppléant de Xavier Darcos,

     nommé Ministre de l'Education Nationale

     nous ayant demandé d'étudier la faisabilité d'une forme de rapprochement entre 

     Bangui  & Périgueux,  j'évoquerai un  "cousinage"  à l'africaine... 

     Monsieur Lala Bevarrah nous suggère, afin d'élargir notre panel de connaissance, 

     de rencontrer  son homologue le ministre Karim Meckassoua 

     ainsi que Mr Jean Barkès, maire de Bangui, et nous obtient un rendez-vous.

vlcsnap-2009-09-21-00h53m03s110.png-copie-1.jpeg

     Après une dotation en livres, tee-shirts et ballons à l'école primaire de Ngaragba

     par l'intermédiaire de la directrice Rachel Gringbo, 

     nous organisons un match de foot-ball,

     clôturé par un repas champêtre pour les enfants, sous la houlette 

     du chef Jean-Marie Kombaya, entouré des notables du quartier.

     Nous rentrerons à Périgueux muni d'un courrier de monsieur Léon Salam, 

     à l'attention de Jean-Paul Daudou attestant de nos audiences

     et de l'accueil favorable qui nous fut accordé.

 

   *************************************     2005

     Notre projet est encore à l'état d'ébauche... 

     Mais grâce à l'intervention de notre ami l'avocat Nganatoua Goungaye Wanfiyo 

     qui appartient au conseil des sage, nous sommes reçus par le maire 

     Jean Barkès Gombé Kété  et remettons à nouveau sur la table

     notre projet du  *Centre Pauline Femme Centrafricaine.*

005_2-copie-1.JPG 

                                                              010_7_2.JPG

     Nous conversions au téléphone de Périgueux à Grenoble, et avions plaisir à le retrouver 

    au cabinet d'avocats, après notre petit déjeuner à la terrasse du  *Phénicia* situé juste en face 

     Monsieur le maire donnera une réception en notre honneur à son domicile privé...  

013_10.JPG

                                                         011_8.JPG

     en présence de nombreux invités de marque,

  016_13.JPG   

                                                           018_15.JPG

     dont monsieur Moreau, Consul de France.

      021_18.JPG

     Marie-Noëlle et Jean Barkès déchainés!...

       sc00012971.jpg

     Mais rien jamais ne nous réjouit d'avantage, que l'accueil souriant 

     des enfants de Ngaragba.

 

     ****************************************************    2005

     Nos filles Agathe-Marianne et Jeanne-Elise  

     ont souhaiter elles aussi découvrir Bangui.

     Nous avons loué au quartier très résidentiel dit "200 Villas" 

     une maison appartenant au gendarme  Guy-Bertrand Damango.

     Nous l'invitons souvent, et comme dit l'adage, 

     "il vaut mieux l'avoir en photo qu'à table"

     Il a en effet un coup de fourchette qui se justifie par ses impressionnantes mensurations... 

     Il nous promènera au volant de son 4/4 et nous deviendrons amis.

DSC00214.JPG

    Sur le grand boulevard de l'indépendance bordé de manguiers géants, 

    en direction du Centre Artisanal ou de la Cathédrale N.D. de l'Immaculée Conception  

     leurs deux lieux de prédilection...

     Georges et Marie-Noëlle sont heureux de respirer l'air de Bangui.

 

     Accompagnés de leurs filles  A.M.  &  J.E.  Georges et Marie- Noëlle 

     ne savavaient pas encore 

     qu'ils allaient créer Pauline Femme Centrafricaine.

 

image1669.jpg

     Georges et sa soeur Brigitte chez Yves Rolland à Ngaragba

     Où nos filles découvrent une  de leurs tantes africaines

     ****************************     

     J'ai le souvenir des messes africaines, tellement gaies...  

    Nous ne serons pas déçus!

DSC00257.JPG

     A la sortie de l'office dominical à N.D. nous rencontrons nos vieux amis 

     Pascal Darlan et Benoît Zianga 

DSC00245.JPG

     tandis que certains ont encore beaucoup à demander à la Ste Vierge... 

     ou la remecier de ses bienfaits.

   ****************************

     Au Marché  Artisanal, nous retrouvons fortuitement le cousin Benoît Zianga

 DSC00381.JPG 

                                                          image1961.jpg  

     où nos filles se transforment en "dompteuses de crocodiles" de charme... 

            

                                                                                     

     Puis en "charmeuses de serpent", pour le plus grand plaisir de nos bons amis  peuls...

     Idriss, intarrissable en blagues et patron de la boutique "Mamouth écrase les prix"... 

      Bakary, Moussa, Abou, Usséni, Ali, dit "gros bébé",

     et Né Vers...  (je ne connais pas ma date de naissance nous dit il.)

                                  

     De retour en France, elles s'associeront à notre projet, 

     en mémoire de leur grand mère centrafricaine  

     Pauline  Yanvézo

 

                                            ***
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :